Eglise paroissiale Saint-Guigner

Iliz Sant-Gwigner (iliz parrez)

Histoire

 L’église paroissiale de Pluvigner est dédiée à saint Guigner, fondateur de la commune. Elle date essentiellement du XVIe siècle. Une sablière de la partie nord de l’édifice indique l’année 1545. L’église comporte néanmoins des éléments plus anciens.

La tour à l’antique et le clocher sont édifiés en 1781. Mais en 1841 la foudre s’abat sur le clocher et abîme une partie de l’édifice. De nombreuses restaurations seront entreprises au XIXe siècle, notamment celles de la charpente et de la sacristie.

Une restauration de l’édifice a été réalisée entre 2010 et 2011.

À l’intérieur

Cette vaste église présente au fond de la nef une tribune à deux étages.

Les vitraux rapportent les évènements de la vie des personnages célèbres de la paroisse, comme saint Guigner, saint Guénaël ou encore le pénitent Kériolet. Vous trouverez également les statues de saint Guigner, de saint Michel, de saint Vincent Ferrier et celle de Notre-Dame de Bon Secours.

L’église est également dotée de plusieurs œuvres remarquables comme le tableau de l’Assomption de Marie, daté de 1770.

À l’extérieur

Du côté nord subsiste une porte gothique. L’ouverture de la porte sud est rectangulaire et surmontée d’un linteau, soulagé par des corbelets. Ce linteau sculpté représente le christ en croix entre saint Jean et la Vierge. Chaque côté est flanqué d’une colonne, surmontée d’un chapiteau orné de feuillages. Quant au portail en bas de la tour, il est en plein cintre et présente un décor à l’antique.

Vous remarquerez que le chevet en appareil de granit est plat et épaulé de contreforts. Des larmiers et des blasons le décorent. Les rampants des pignons ont de fins crochets. Quant à l’assise horizontale du nord, elle est ornée de deux singes sculptés.

Vous pourrez aussi remarquer que la chambre des cloches correspond à une sorte d’attique. La flèche qui l’accompagne a des arrêtes bien marquées, des bandeaux étagés, et est percée de baies à fronton triangulaire.

Les vestiges d’une ancienne chapelle jouxtent l’église. De la somptueuse chapelle Notre-Dame des orties, construite en 1426, il subsiste la croisée du transept.

À côté de l’église, vous découvrirez plusieurs stèles commémoratives et monuments aux morts ainsi qu’un imposant calvaire sur un soubassement à plusieurs degrés et une croix.

 

ILIZ PARREZ SANT-GWIGNER

  • Istor

Sant-Gwigner a zo patrom iliz-parrez Pleuwigner ; hervez ma lârer emañ getañ eo e vehe bet kroueet ar barrez. En despet da lod ag ar savadur bout koshoc’h e c’heller lakaat emañ ar braz anezhañ ag ar XVIvet Ktved (1545 a gaver merchet àr ur sabler).

An tour hag ar c’hloc’hdi a zo bet savet e 1781. E 1841 e kouezhas ar gurun àr an tour, ar pezh a reas kalz a zistruj. Labourioù bras a vo kaset àr ar savadur a-hed an XIXvet ktved (ar c’hoadaj, ar vestial…).

Labourioù bras arall a zo bet kaset nevez zo, e 2010 ha 2011.

  • An diabarzh

Div dribunell, unan àr-dreist an arall, e daon korf an iliz.

War gwer ar fenestri e vez diskouezet sent ha tudennoù brudet ar barrez : Sant Gwigner, Sant-Wenael, an aotrou Keriolet. Telwennoù St-Gwigner, Sant-Mikel, Sant-Visant-Ferrer, Itron-Varia Gwir-Sikour.

Un nebeut taolennoù livet ; en o-mesk unan vras é tiskouez asompsion ar Werc’hez (1770).

  • An diavaez

Un nor gotek (hanternoz). Dindan porchedig ar Su (XIXvet ktved) eh eus un nor vrav é skeiñ gwezharall àr ar vened : palastrez mein pozet àr div gar gamm get Jezuz àr e langroaz etre St-Yann hag ar Werc’hez ; a bep tu da doull an nor ur piler get ur penn kizellet brav (deliav). An nor dal, ur wareg àr hantergelc’h, a gas d’ar porched bras dindan an tour.

Penn uhelañ (Reter) an iliz a zo plat ; savet get greunvein ha harpet en daou gorn ; bravaet get kizelladurioù er vein (ardamezioù) ha doc’h kostezioù ar pignon (teurel evezh doc’h an daou marmouz kizellet er c’horn, a-dreist ar straed, doc’h tu an hanternoz).

A chapel gaer ar Werc’hez, savet e 1426, ne chom ken da welet e-tal an iliz nemet kroazigell ar groazenn.

E-tal an iliz atav, e-barzh ar vered gozh, monumant ar Re Varv hag ur pezh a groaz.

 

Partager cette page sur :